Guillaume Bautista, « D’autres mondes »

Guillaume Bautista, « D’autres mondes »

Exposition du 30 novembre au 22 décembre 2007

Guillaume Bautista questionne l’interaction entre l’individu et des environnements donnés à travers un travail sur la sensation et le ressenti. Par son approche plastique, il cherche à donner aux spectateurs les outils sensoriels nécessaires pour la création d’une œuvre qui leur sera propre. Pour cela, il trie des éléments liés à des phénomènes d’actualité, sociaux ou à des problématiques de l’individu…

La Maison Salvan déborde de vies… Dans ce « vieil espace privé », Guillaume Bautista imagine chaque pièce ou recoin comme un « univers » particulier. Comme lorsque l’enfant s’imagine des mondes nouveaux, mystérieux ou fantastiques ; lorsque l’adolescent décide de marquer un lieu, devenant une sorte d’amplification de ses émotions; lorsque pour les plus âgés, tout se transforme en espace muséal de vies passées…

Le dispositif :
Le fauteuil se compose d’un dispositif interactif plaçant au centre un « acteur spectateur ». Il est effectivement équipé de claviers, joysticks qui permettent à la personne qui s’y assied de stimuler des projections vidéo. Du jeu interactif au « je » interrogé, le spectateur est conduit à exprimer sa vision d’une scène de vie représentée selon différents regards.

Univers ouaté, les oreillers proposeront du repos, de l’introspection, ou du rêve et de l’onirique (mais avec un « hic »). En effet, il s’agira pour chacun de gérer le vertige de l’expression de soi, de l’intime et de ses doutes.
La gamme des émotions est pleinement en tout individu. Le maniement et l’ordonnance de chacune de ces émotions créent la mélodie de l’humeur. Ici aussi, l’espace interagira avec les visiteurs et par conséquent ces mélodies naîtront d’une communication entre individu et environnement.

Le cube est un espace vide et plein dans un espace domestique vide et plein également. Il ne révèle rien sauf sa présence et c’est dans la relation de chacun avec le volume qu’il va susciter différents univers. Il est une sorte de « boite à vie » proposant des éléments passés qui nous sont familiers ou totalement étrangers, témoignant ainsi de la sorte de « négociation temporelle » qu’implique le rapport au lieu et la construction de soi dans ce lieu.

Guillaume Bautista et l’interactivité physique :
Guillaume Bautista vit avec des objets, des matériaux (souvent vidéos), pour composer des univers nouveaux qu’il orchestre mais surtout propose, puisqu’ils parlent à la sensibilité de chacun. Ces objets et matériaux appartiennent à des hommes et des femmes, ils sont des témoins et des instruments de la vie. Un peu comme une accumulation de couches rocheuses, ils peuvent servir au présent de révélateur de la richesse et de la densité des strates du temps. Il les transmet ensuite à travers un nouvel agencement pour constituer des environnements comportant une forte charge émotionnelle. Pour l’artiste, et avant toute technologie liée à l’art interactif qu’il manie par ailleurs, c’est dans ces échanges que se joue l’interactivité, par la rencontre mystérieuse entre les sensations dégagées par un lieu et l’émotion renvoyée par la personne en présence. Effectivement, la maison Salvan est un « vieil espace privé »… mais dans le présent des visiteurs.

Guillaume Bautista est plasticien vidéaste, il obtient une maîtrise d’Arts Plastiques sur les dispositifs interactifs en 2002.
La même année, il crée avec Magali Marc et Philippe Garenc « l’Atelier E.X.P. ».
En collaboration avec ce dernier, il réalise « X3 expérience interactive ».
En 2003, il intègre les odeurs avec l’association « Osmoart » et Sébastien Parrayre.
C’est en 2004 que le « fauteuil interactif » arrive à maturité.
Il rejoint le collectif d' »Atout Sens » en 2004 et travaille aussi régulièrement avec l’association « Move your finger ».

Il crée des installations et travaille en relation avec le spectacle vivant, en particulier avec des compagnies de danses (K.Danse, Ballet intemporel) avec lesquelles il réalise des vidéos et des scénographies (Nuit écrans).
En 2007, il intègre le groupe « AND Ckrystall » avec lequel il réalise un univers vidéo participatif, obscur et décalé. Son travail s’articule autour de plusieurs axes que sont l’installation (interactive, vidéo), la sculpture, le spectacle vivant (danse, acrobatie, théâtre).

« Mon travail se base sur l’interaction entre l’individu et des environnements donnés à travers une sorte de laboratoire de recherche de la sensation et du ressenti des individus. Mon approche plastique cherche à donner aux spectateurs les outils sensoriels nécessaires pour la création d’une œuvre qui leur sera propre. Je trie des éléments liés à des phénomènes d’actualité, sociaux ou à des problématiques de l’individu.
Mon travail est généralement in situ. Il me semble que l’environnement qui entoure une œuvre est comme un réceptacle de celle-ci ou un amplificateur. Il y a une relation qui s’installe entre la pièce présentée et le lieu où elle est montrée. »

En savoir plus sur l’artiste

Guillaume Bautista