Workshop de Pierre Clement avec les étudiants de l’école ECRAN de Labège.

Workshop de Pierre Clement avec les étudiants de l’école ECRAN de Labège.

Le mardi 21 février 2017 de 9 h 30 à 16 h 30.

Dans le cadre du rapprochement entre la Maison Salvan et la classe MANAA de l’école ECRAN de Labège autour de l’art contemporain depuis septembre 2014, s’est mis en place un workshop avec Pierre Clement, artiste en résidence à la Maison Salvan pour l’exposition « Keep your master channel synd’c with your master channel ».
Après plusieurs formats, de la visite à l’atelier, de la rencontre avec l’artiste pendant le temps de résidence au vernissage de l’exposition, les élèves ont participé à un atelier de création afin de découvrir la pratique et le processus artistique de l’artiste.

 

Pierre Clement est diplômé de l’École supérieure d’art des Pyrénées à Tarbes. Il est de cette génération d’artistes des années 90 dont le quotidien a été envahi par l’image. Son travail s’imprègne du développement des nouvelles technologies d’information et de communication mais il est à envisager sous plusieurs formes plastiques (sculpture, peinture, installation ….) et théoriques (Histoire, science, Histoire de l’art, fiction …). Sa démarche artistique se base sur un geste simple souvent issu de deux principes : la répétition (rythme, cadence, écho, fréquence, découpage, série …) et l’association (juxtaposition, combinaison, collisions visuelles …). Les thèmes et les recherches de l’artiste questionnent les rapports entre Nature / Culture – Artisanat / Technologie. Ces œuvres évoquent le passé aussi bien que l’avenir. Il se réfère d’ailleurs à la science-fiction, aux récits d’anticipation où l’humanité évolue dans des sociétés déglinguées, et voit son destin menacé par des machines ou des découvertes scientifiques aux retombées apocalyptiques. Mais Pierre Clement ne dénonce pas, il adapte son comportement aux modifications induites par cette civilisation technique, il fait de la bricologie (bricolage + technologie) en transformant des objets du quotidien, industriels ou manufacturés, en de nouvelles formes primitives, presque sacrées. Son rapport au temps est particulier : son acte créatif s’appuie sur l’urgence, l’impulsion, la production sur le vif. Dès qu’une oeuvre est produite, elle est immédiatement « archivée » dans sa réalité virtuelle (son site internet).

 

Le temps d’une journée, il a proposé aux étudiants de s’immerger dans ses préoccupations artistiques. Après une matinée de dialogue autour de l’exposition et d’autres images de son travail vues à partir de son site internet, la rencontre s’est poursuivie autour d’un atelier intitulé « Corail ». Il consistait en la réalisation par les étudiants, sous le guidage de l’artiste, de sculptures presque organiques à  base de pâte blanche nature auto-durcissante et de bâtons de bois régulier. A l’instar des motifs ajoutés sur certaines de ces œuvres pour l’exposition, issus notamment des planches dessinées au XIXème siècle par le naturaliste allemand Ernst Haeckel, les étudiants ont réalisé des formes sculptées étranges à l’ossature apparente. La contrainte était de l’ordre de la répétition d’un même module de 12,5 cm.

Cet atelier fait aussi écho aux œuvres que Pierre Clement produit pour le Grand Prix d’Art Contemporain en mars 2017 à Lieu-Commun, en partenariat avec Les Sens de l’Art, sur Toulouse.